Graver pour le roi Collection de la Chalcographie du Louvre

Henri Simon Thomassin d’après Louis de Boullogne, Louis XIV protégeant les Arts, 1728, Eau-forte et burin, H. 38 ; L. 31,7 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, dé- partement des Estampes et de la Photographie © BnF

Jusqu’au 20 Mai 2019 la Rotonde Sully du Musée du Louvre expose plus d’une centaine d’œuvres, dont près de soixante-dix matrices gravées de sa collection, retraçant ainsi les origines de la chalcographie du Louvre.

Créée en 1797 sous le Directoire, la Chalcographie du Louvre est née de la réunion de trois collections de matrices gravées : le Cabinet du roi, le fond des Menus-Plaisirs et la collection de l’Académie royale de peintures et de sculptures, qui constituent les trois axes du parcours de l’exposition.

Les collections du Cabinet du roi comprenaient près de mille plaques destinées à illustrer la magnificence de Louis XIV : dès 1660, Colbert prend conscience de l’importance de la gravure et décide de s’en servir comme instrument du pouvoir.

            Sont ainsi exposées les séries de gravures représentant les grandes fêtes organisées durant le début du règne de Louis XIV. Reliées dans des livres, les estampes sont destinées à être distribuées dans les cours étrangères, aux ambassadeurs et autres personnages importants de la cours de France.

On retient de cette section le très beau portrait en buste de Louis XIV gravé par Gilles Rousselet et Israël Silvestre. Frontispice de l’un de ces ouvrages, la matrice est confrontée à deux états gravés: le premier est en français, le second, en latin – langue la plus internationale de l’époque-, témoigne de la volonté de diffuser ces gravures.

Gilles Rousselet et Israël Silvestre, Frontispice pour Charles Perrault, Courses de Testes et de Bagues faittes par le Roy et par les Princes et Seigneurs de sa Cour En l’Année 1662, 1668, Eau-forte et burin sur cuivre aciéré, H. 40,7 ; L. 28,5 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / image RMN-GP

Un peu plus loin sont exposées les gravures des collections artistiques de Louis XIV dont les thèmes le plus souvent tirés de l’histoire antique constituent un hommage au jeune souverain. Ainsi, l’Histoire d’Herculegravée par Gilles Rousselet d’après Guido Reni n’est autre qu’une référence à la force physique et à l’intégrité du monarque. Les gravures sont admirablement exécutées et témoignent de l’habilité des artistes à retranscrire en noir et blanc et sur une plaque de cuivre les effets délicats des peintures des grands maitres italiens.          

Gilles Rousselet, d’après Guido Reni,
Hercule tuant l’Hydre de Lerne 1669-1670
Eau-forte et burin sur cuivre aciéré
H.44: L.30,5 cm
Paris, musée du Louvre, département des Arts Graphiques
Arts graphiques, Chalcographie, 454 C

Enfin, les gravures des jardins du Château de Versailles permettent de diffuser le modèle du jardin à la française tout en témoignant de l’importance que le roi accordait à l’architecture spectaculaire de ses jardins et de ses bâtiments.

Jacques François Blondel, Description / Des festes / Données par La Ville de Paris / A l’occasion du Mariage de Madame Louise-Elisabeth / De France, & de Dom Philippe, Infant & Grand / Amiral d’Espagne, les Vingt-neuviéme et trentiéme / Août mill sept cent trente-neuf, 1740, Livre, H. 72 ; L. 96 cm (ouvert). H. 59 ; L. 46 cm (fermé), Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec

Après la mort de Colbert, en 1683, le projet du Cabinet du roi s’éteint peu à peu. Son modèle sera repris au XVIIIe siècle, dans le cadre du sacre de Louis XV : l’intendance des Menus-Plaisirs eut l’idée de faire graver l’événement afin de le diffuser conformément au modèle du Cabinet du roi. De même, les fêtes et les divertissements tels que les mariages princiers ou les victoires des armées du roi sont gravés puis distribués sous forme de livres. Enfin, les pompes funèbres organisées par les Menus-Plaisirs font également l’objet de représentations plus allégoriques visant le plus souvent à rappeler les liens de parentés qui liaient les grandes familles princières de l’Europe.

            L’exposition s’achève sur les morceaux de réception gravés à l’Académie de Peinture et de sculpture proposant alors un retour en arrière, dans les années 1660, date à laquelle l’Académie accueille les premiers graveurs dans ses rangs. Contrairement aux peintres et aux sculpteurs, les graveurs avaient obtenus de Louis XIV que la pratique de leur art soit libre et non encadrée et cela vaudra jusqu’au début du XVIIIe siècle. C’est à cette époque que l’Académie acquiert plusieurs fonds de planches gravées d’éditeurs parisiens (500 environ), dont les matrices de Nicolas Poussin ou de Charles le Brun.

Après la création en 1797 de la Chalcographie du Louvre, ces planches gravées continuèrent à être imprimées durant près de deux siècles pour assurer la diffusion des chefs-d’œuvre du musée.

Salle de médiation dédiée aux techniques du dessin, du pastel, de la miniature et de l’estampe © 2018 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

L’exposition Graver pour le Roisemble ainsi s’inscrire dans la volonté du Département des Arts graphiques du Musée du Louvre de mettre en avant ses collections (création d’une collection pour les catalogues d’exposition, création de la salle de médiation dans la Rotonde Sully…). C’est l’occasion de rendre hommage à l’art de la gravure et aux collections la Chalcographie du Louvre, à l’aube d’une décision du Musée du Louvre qui interdit l’usage de ces matrices dès 2020, pour des raisons de conservation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.