Lumières sacrées, Lumières profanes

INHA, 18-19 Décembre 2019

« O intellect, toi qui mesures tout avec justesse,

dis-moi si par hasard la lumière est Dieu lui-même,

puisque rien n’est plus obscur et lumineux à la fois. »

Marsile Ficin, Quid sit lumen ?

 

« Auprès de cette grotte sombre

Où l’on respire un air si doux,

L’onde lutte avec les cailloux

Et la lumière avecque l’ombre »

Tristan L’Hermite, Le Promenoir des deux amants.

               La dialectique de la lumière et de l’ombre est, dès l’Antiquité, associée non seulement à la représentation, mais aussi à l’origine de la création artistique et de la réflexion sur l’Art (mythe de la Caverne, mythe de Callirrhoé). Les diverses problématiques véhiculées par ces mythes sont discutées par les penseurs, auteurs et artistes de la première modernité. Si Marsile Ficin insiste sur le lien entre lumière, intellect et sacralité et ouvre la voie à une« luminologie » néo-platonicienne extrêmement féconde pour les arts renaissants, la thématique lumineuse peut aussi s’unir, comme dans la poésie de Tristan L’Hermite, à celle de l’amour profane.

            Nous avons pris le parti de placer la problématique de la lumière au cœur des changements – théoriques, scientifiques, techniques et pratiques – qui caractérisent l’époque moderne. Dans le domaine de la peinture, la dialectique du sacré et du profane connaît à l’orée du XVIIe siècle une reformulation radicale avec la «rupture lumineuse» du caravagisme. Selon un nouveau régime de la lumière, aussi étranger à l’esprit de la Renaissance que le devient alors dans le domaine musical la seconda prattica de Monteverdi,lui-même auteur d’un Orfeo à la croisée de deux mondes lumineux, le chiaroscuro des toiles de Caravage permet à la fois de souligner la triviale – mais visible – imperfection de la matière et d’y faire poindre le mystère divin qui la sous-tend. Cette nouvelle conception lumineuse, éminemment oxymorique, est fondatrice de tout un pan de la peinture du XVIIe siècle (Caravagesques néerlandais, Rembrandt, Georges de La Tour…), comme du développement innovant que connaît la gravure, notamment à l’eau-forte (Rembrandt, Callot) et en manière noire (Ribera).

           L’« obscure clarté » de ces œuvres, dans lesquelles lumière et ombre s’opposent touten dialoguant, entretient des liens complexes avec la réflexion sur le christianisme véhiculée par la Réforme et la Contre-Réforme. Artistes et théoriciens des deux courants ont inclus ces variables visuelles dans un discours sur la représentation du visible et de l’invisible. Le pouvoir métaphorique de la peinture dans la révélation de l’invisible à travers la figuration du visible devient une thématique récurrente au XVIIe siècle et valorise la nature fondamentalement ambivalente de la pratique artistique.

           Il ne s’agira pas de réduire la problématique lumineuse à la seule question duténébrisme. Les livres d’emblèmes, les théories scientifiques sur la lumière, l’apparition del’éclairage public, les débats entre les poussinistes et les rubénistes – partisans du dessin etpartisans de la couleur- sont autant d’éléments qui, à divers niveaux, modifient entre lesXVIIe et XVIIIe siècles le rapport à la lumière et questionnent sa fonction dans l’articulationentre le profane et le sacré.

         Selon quelles modalités la lumière parvient-elle à faire dialoguer ces deux mondes? Quels sont les apports caractéristiques du XVIIe siècle en la matière? Quelle est la nature de la métamorphose que ce siècle opère dans la problématique lumineuse? Quelles en sont, d’une part les origines, d’autre part les conséquences à plus long terme ? S’agit-il d’un phénomèneuniforme en Europe ? Quel impact a-t-il sur l’Art ou la pratique artistique du siècle suivant ?

          Ces différentes questions, non exhaustives en l’état, nous amèneront à nous situer dans des bornes chronologiques marquées par deux ruptures : d’un côté, la rupture lumineuse qu’opère Caravage avec la Renaissance, de l’autre le passage à la complexe « lumière des Lumières », marquée dans le dernier tiers du XVIIIe siècle par l’avènement d’un nouvel oxymore culturel, celui de la dualité néoclassicisme/préromantisme.

              Les œuvres etmouvances intellectuelles et artistiques comprises dans ces limites chronologiques donnerontl’occasion d’appréhender les enchevêtrements du sacré et du profane dans la peinture. Ces jeux de superpositions visuelles et sémantiques sont particulièrement visibles dans la peinture de genre et dans les vanités néerlandaises. Nous questionnerons cette ambivalence à travers l’étude à d’estampes et de gravures, d’architectures et de vitraux, de textiles …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.