Willem Goeree and the production of knowledge in the early modern Netherlands

National Library of the Netherlands (Nationale Bibliotheek, KB), The Hague, March 27, 2020
CfP Deadline: Sep 22, 2019

As a prolific author, publisher and bookseller operating between Middelburg and Amsterdam, Willem Goeree represents a remarkable case study through which to investigate the processes of producing, printing and publishing knowledge in the Dutch Republic. Using Goeree and his works as a starting point, this workshop addresses topics including Goeree’s social network; his involvement in the book trade and his contact with other publishers; and the production process of the volumes he wrote and published. We welcome contributions from both early career and established scholars in the fields of art history, history of the book, history of medicine, science, education, religion and literature.

Please send an abstract of no more than 300 words for a 20-minute paper, along with a brief biographical note to Willem.Goeree.Workshop@gmail.com by September 22, 2019. For more information, see https://arthist.net/archive/21265.

Vision et Spéculation dans l’art de Pieter Bruegel

Paris 1 Panthéon-Sorbonne Galerie Colbert
2, rue Vivienne, 75002 Paris Salle Jullian, 28-29 Juin 2019

Organisé par Michel Weemans (ENSA Bourges, CEHTA-EHESS, Paris), Colette Nativel (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)et Ralph Dekoninck (UCLouvain, GEMCA)

Vendredi 28 juin

14.00 : Introduction : Michel WeemansColette Nativel et Ralph DekoninckModérateur : Pierre-Antoine Fabre (Paris, EHESS)

14.30 : Colette Nativel (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)Lire un tableau: les leçons de Bruegel

15.30 : Jürgen Müller (Technischen Universität Dresden)Ways of lying : Pieter Bruegel’s religious commentaries

16.30 : Michel Weemans (ENSA-Bourges, CEHTA-EHESS, Paris)Muscipula diaboli: Pieter Bruegel’s Triumph of Death as Trap Image

Samedi 29 juin

Modérateur : Guillaume Cassegrain (Université Grenoble Alpes, LARHRA)

10.00 : Reindert Falkenburg (New York University, Abu Dhabi)“Thick Speculation” on Pieter Bruegel

11.00 : Mitchell Merback (Baltimore, Johns Hopkins University)Estrangement, Attitude, and Speculation: Sedlmayr vs. Bruegel

12h : Déjeuner

Modérateur : Ingrid Falque (UCLouvain, GEMCA)

14.00 : Tine Meganck (Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique)Spectacles and speculation. Bruegel on seeing and seizing the moment

15.00 : Ralph Dekoninck (UCLouvain, GEMCA)
« Poupées de Kermesse ». Jouer avec l’image

16.00 : Bertrand Prévost (Université Bordeaux Montaigne)
Face de Dieu, tête du Diable. Plasticité, théologie et anthropologie de l’incorporation selon

Bruegel

17.00 : Discussion
17.30 : Conclusions Reindert Falkenburg

Argument

Les images de Bruegel appellent un acte de perception contemplatif et « spéculatif » qui a ses racines dans la culture médiévale mais auquel l’artiste donne une nouvelle forme esthétique à son époque qui est celle de la Renaissance, de l’Humanisme et de la Réforme. Dans la pensée chrétienne, spéculer, c’est s’exercer à la contemplation du monde visible comme moyen de comprendre les principes divins, passer du visible à l’invisible. Dans nombre d’ouvrages qui comportent dans leur titre le terme de « Miroir » (Speculum), les créatures du monde naturel sont décrites comme les traces du Créateur et de ses intentions salvatrices pour le monde.

Ce colloque propose d’envisager la représentation de la nature et des activités humaines chez Bruegel dans le contexte de cette pensée spéculative. À la fois miroir du monde et miroir tendu au spectateur, les images spéculatives de Bruegel sont conçues comme des exercices de discernement.

Il s’agira dès lors d’interroger deux des caractéristiques fondamentales des oeuvres de Bruegel. La première est la manière dont ces oeuvres ne cessent d’articuler ou d’opposer l’aveuglement et le discer- nement spirituel, les apparences de surface et la vérité cachée, les pièges du diabolique et la difficulté à percevoir le divin. OEuvrant conjointement avec la première, la seconde caractéristique est la com- plexité narrative et visuelle des images de Bruegel. Celle-ci implique un ensemble de procédés visuels – profusion et enchevêtrement des figures, réduction et marginalisation des détails les plus signifiants, paradoxes, ambiguïtés et pièges visuels – qui visent à troubler le regard.

Ces journées seront l’occasion d’examiner et de confronter les récentes études sur Bruegel, en revenant sur un certain nombre de questions autour de la conversation, l’ekphrasis, l’exégèse visuelle, la contem- plation, la spéculation.

Comité organisateur :

Michel Weemans, Colette Nativel et Ralph Dekoninck

Comité scientifique :

Ralph Dekoninck, Reindert Falkenburg, Colette Nativel et Michel Weemans

Lumières sacrées, Lumières profanes

INHA, 18-19 Décembre 2019

« O intellect, toi qui mesures tout avec justesse,

dis-moi si par hasard la lumière est Dieu lui-même,

puisque rien n’est plus obscur et lumineux à la fois. »

Marsile Ficin, Quid sit lumen ?

 

« Auprès de cette grotte sombre

Où l’on respire un air si doux,

L’onde lutte avec les cailloux

Et la lumière avecque l’ombre »

Tristan L’Hermite, Le Promenoir des deux amants.

               La dialectique de la lumière et de l’ombre est, dès l’Antiquité, associée non seulement à la représentation, mais aussi à l’origine de la création artistique et de la réflexion sur l’Art (mythe de la Caverne, mythe de Callirrhoé). Les diverses problématiques véhiculées par ces mythes sont discutées par les penseurs, auteurs et artistes de la première modernité. Si Marsile Ficin insiste sur le lien entre lumière, intellect et sacralité et ouvre la voie à une« luminologie » néo-platonicienne extrêmement féconde pour les arts renaissants, la thématique lumineuse peut aussi s’unir, comme dans la poésie de Tristan L’Hermite, à celle de l’amour profane.

            Nous avons pris le parti de placer la problématique de la lumière au cœur des changements – théoriques, scientifiques, techniques et pratiques – qui caractérisent l’époque moderne. Dans le domaine de la peinture, la dialectique du sacré et du profane connaît à l’orée du XVIIe siècle une reformulation radicale avec la «rupture lumineuse» du caravagisme. Selon un nouveau régime de la lumière, aussi étranger à l’esprit de la Renaissance que le devient alors dans le domaine musical la seconda prattica de Monteverdi,lui-même auteur d’un Orfeo à la croisée de deux mondes lumineux, le chiaroscuro des toiles de Caravage permet à la fois de souligner la triviale – mais visible – imperfection de la matière et d’y faire poindre le mystère divin qui la sous-tend. Cette nouvelle conception lumineuse, éminemment oxymorique, est fondatrice de tout un pan de la peinture du XVIIe siècle (Caravagesques néerlandais, Rembrandt, Georges de La Tour…), comme du développement innovant que connaît la gravure, notamment à l’eau-forte (Rembrandt, Callot) et en manière noire (Ribera).

           L’« obscure clarté » de ces œuvres, dans lesquelles lumière et ombre s’opposent touten dialoguant, entretient des liens complexes avec la réflexion sur le christianisme véhiculée par la Réforme et la Contre-Réforme. Artistes et théoriciens des deux courants ont inclus ces variables visuelles dans un discours sur la représentation du visible et de l’invisible. Le pouvoir métaphorique de la peinture dans la révélation de l’invisible à travers la figuration du visible devient une thématique récurrente au XVIIe siècle et valorise la nature fondamentalement ambivalente de la pratique artistique.

           Il ne s’agira pas de réduire la problématique lumineuse à la seule question duténébrisme. Les livres d’emblèmes, les théories scientifiques sur la lumière, l’apparition del’éclairage public, les débats entre les poussinistes et les rubénistes – partisans du dessin etpartisans de la couleur- sont autant d’éléments qui, à divers niveaux, modifient entre lesXVIIe et XVIIIe siècles le rapport à la lumière et questionnent sa fonction dans l’articulationentre le profane et le sacré.

         Selon quelles modalités la lumière parvient-elle à faire dialoguer ces deux mondes? Quels sont les apports caractéristiques du XVIIe siècle en la matière? Quelle est la nature de la métamorphose que ce siècle opère dans la problématique lumineuse? Quelles en sont, d’une part les origines, d’autre part les conséquences à plus long terme ? S’agit-il d’un phénomèneuniforme en Europe ? Quel impact a-t-il sur l’Art ou la pratique artistique du siècle suivant ?

          Ces différentes questions, non exhaustives en l’état, nous amèneront à nous situer dans des bornes chronologiques marquées par deux ruptures : d’un côté, la rupture lumineuse qu’opère Caravage avec la Renaissance, de l’autre le passage à la complexe « lumière des Lumières », marquée dans le dernier tiers du XVIIIe siècle par l’avènement d’un nouvel oxymore culturel, celui de la dualité néoclassicisme/préromantisme.

              Les œuvres etmouvances intellectuelles et artistiques comprises dans ces limites chronologiques donnerontl’occasion d’appréhender les enchevêtrements du sacré et du profane dans la peinture. Ces jeux de superpositions visuelles et sémantiques sont particulièrement visibles dans la peinture de genre et dans les vanités néerlandaises. Nous questionnerons cette ambivalence à travers l’étude à d’estampes et de gravures, d’architectures et de vitraux, de textiles …

GRANIT

Le GRANIT (Groupe de Recherche sur l’Art du Nord: Images, Textes) est un groupe de recherche en histoire de l’art hébergé par l’ED 441 et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Il regroupe des enseignants-chercheurs et des doctorants travaillant sur l’histoire de l’art et des théories de l’art en Europe du Nord (France, Flandres, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre, Scandinavie) à l’époque de la première modernité et désireux de donner une meilleure visibilité aux études sur l’art d’Europe du Nord de la première modernité.
Le GRANIT étudie selon une perspective historique les différentes étapes de la création (commande, invention et patrimonialisation) et s’intéresse, notamment, aux échanges entre les pays éuropéens afin de saisir les modes d’appropriation et les patrimoines communs.

Le GRANIT est ouvert à toutes les approches de l’histoire de l’art. Outre des spécialistes d’iconographie et d’iconologie, de théorie de l’art, d’histoire des images et des objets artistiques, il accueille, par exemple, des chercheurs reconnus dans le champ des visual studies ou des cultural studies.

Le GRANIT a noué des liens actifs avec plusieurs institutions (Centre allemand d’histoire de l’art, Fondation Custodia, ENS-Ulm, CESR, CETHA). Il est largement ouvert à l’international. Ses membres travaillent avec plusieurs centres européens (Université de Leyde, Université de Louvain, GEMCA, Université de Liège, Rubenianum d’Anvers ; Scuola Normale de Pise, Université de Rome La Sapienza ; Université de Roma Tre ; Université de Florence, Warburg Institute de Londres ; Université de Bucarest…) ou américains (Chicago University, Emory University, Harvard University, New York University, Princeton University).

Le GRANIT est résolument pluridisciplinaire. Il associera aux historiens de l’art des historiens, des historiens du droit, de la littérature, de la philosophie, du spectacle, de la musique…