CFP : Colloque « Imaginary places, real territories. Territorial imagery and the creation of a Dutch identity (1579-1702) » / Imaginaires des lieux, réalité des territoires. La construction d’une identité néerlandaise par l’image (1579-1702) – 16-17 Déc. 2020 – Paris – Deadline 31 Juillet 2020

*English below*

Le GRANIT est heureux d’annoncer sa participation à l’organisation du colloque « Imaginary places, real territories. Territorial imagery and the creation of a Dutch identity (1579-1702) », fruit d’une collaboration entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Ens Ulm, ainsi que l’Universiteit Leiden. Il se tiendra les 16 et 17 décembre prochains à l’Inha à Paris.

Ayant pour objectif d’encourager une conversation productive autour des méthodologies actuelles pour l’étude des liens entre image et culture à l’époque moderne, tout en favorisant une approche trans-disciplinaire, ce colloque propose de réunir des chercheurs et professionnels aux parcours diversifiés, afin de mettre en lumière la façon dont l’art néerlandais a fait de la représentation des territoires nationaux et transnationaux le creuset d’une identité commune. Les différentes interventions nous permettront d’appréhender l’imaginaire du territoire dans la culture visuelle néerlandaise et ses liens avec la construction du mythe national des Sept Provinces à l’époque moderne. 

Argumentaire scientifique

En 1548, Charles Quint fait des Dix-Sept Provinces une entité politique unique avec la création du cercle de Bourgogne ; trente ans plus tard, la révolte des Pays-Bas contre la tutelle espagnole fait voler cette unité avec la signature de l’Union d’Utrecht en 1579. Dès lors, pour les Provinces-Unies auto-proclamées indépendantes, s’amorce un processus de légitimation et de construction nationale au sein duquel le rapport au territoire constitue un enjeu d’autant plus crucial que les frontières continuent de fluctuer au gré des aléas de la guerre de 80 ans. Au cours de cette période, la définition géographique, puis culturelle du territoire commun se superpose progressivement aux identités locales : Si le terme de vaderland n’est utilisé pour faire référence à la République des Sept Provinces dans sa totalité qu’à partir du XVIIIe siècle, la notion même de territoire est investie de fonctions politiques dès le XVIe siècle aux Pays-Bas, ce dont témoignent les arts visuels.

Outil stratégique d’expansion territoriale et de développement économique, la cartographie apparaît comme le lieu privilégié des projections idéologiques et des revendications politiques. Les cartes métaphoriques, qui donnent aux terres des Habsbourg les traits d’une femme dont la péninsule espagnole forme la tête couronnée, et aux Dix-Sept provinces celle du Leo Belgicus, revendiquant l’intégrité des territoires historiques des Pays-Bas et mettant en garde tout agresseur éventuel, en sont de parfaits exemples. Non moins parlantes sont les cartes maritimes, sur lesquelles s’appuient l’hégémonie économique des Provinces-Unies, qui entremêlent informations scientifiques et fantasmes exotiques.

Dans la peinture, le motif iconographique de la carte géographique dans les scènes d’intérieurs devient un topos de la peinture néerlandaise. Mais c’est également par la représentation du paysage, réel ou fantasmé, que la peinture s’empare du territoire et élabore un discours sur celui-ci, à travers un large panel de genres: vues topographiques, paysages composites élaborés à partir d’éléments existants, « acclimatation » de monuments lointains, représentation du folklore local étroitement associé à un lieu …etc.

Cette rhétorique ne se limite pas à un regard patriotique sur le territoire domestique, mais a recours aux territoires étrangers dans ses stratégies d’affirmation nationale. Qu’il s’agisse de la représentation des Sept Provinces comme une Nouvelle Israël, de l’antiquarisme nourri par les séjours d’artistes dans le Sud de l’Europe puis en Orient, de l’exotisme polissé du Nouveau Monde, les artistes conjuguent réalité et fantasme en faisant appel à la charge historique, culturelle et religieuse de ces territoires. 

De l’apparition à la disparition provisoire d’un régime politique spécifiquement néerlandais en 1702, le stadhoudérat, quel rôle la culture visuelle a-t-elle joué dans l’affirmation politique du territoire national ? Que nous dit le regard que portent les artistes sur leur propre territoire et sur ceux qu’ils visitent ou imaginent ? Comment des éléments d’Ailleurs vus ou rêvés sont-ils intégrés par les artistes dans une rhétorique visuelle locale ? Que nous révèlent ces images du goût du public qui les observe, les commande ou en fait l’acquisition ? Enfin, dans un processus qui allie édification nationale et territoriale, comment le regard sur le territoire, domestique ou étranger, s’incorpore-t-il et enrichit-il l’imaginaire de l’identité néerlandaise ?

Modalités des propositions de communications

*Deadline repoussée au 31 Juillet 2020*

Les thèmes abordés par le colloque pourront comprendre, sans se limiter à :

  • La perception des territoires étrangers et/ou domestiques par les artistes néerlandais
  • La rencontre de territoires réels et imaginaires dans la culture visuelle néerlandaise
  • La rencontre des perceptions nationales et régionales dans l’appréhension du territoire / de l’identité
  • L’image du folklore néerlandais représentée par les artistes néerlandais/étrangers
  • Les collectionneurs/consommateurs/producteurs d’un discours visuel sur l’identité et le territoire
  • Études visuelles sur la perception territoriale dans les contextes coloniaux et post-coloniaux

Nous souhaitons encourager les propositions de chercheurs et de professionnels de milieux diversifiés, incluant, sans se limiter à : Histoire de l’Art, Histoire, Géographie, Cartographie, Muséographie, Architecture…

Merci de nous faire parvenir un résumé de 400-500 mots de la proposition de communication, en anglais, à l’adresse suivante : symposiumterritories@gmail.com

Date limite d’envoi : 31 Juillet 2020

Le comité organisateur :

Suzanne BAVEREZ – ENS Ulm – Paris
Carole FONTICELLI and Esther GUILLAUME – Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Sarah MOINE – Universiteit Leiden

—————————————*English version*————————————

We are pleased to announce the theme of our forthcoming 2020 Symposium «Imaginary places, real territories. The involvement of territorial imagery in the creation of Dutch identity (1579-1702) ». Collectively organized by the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University, the Ecole Nationale Supérieure Ulm, and the Universiteit Leiden, it will be hosted on December 16th and 17th, 2020, at the INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) in Paris. 

This two-day conference aims at shedding light on the ways in which Dutch depictions of national and transnational territories contributed to the shaping and formulation of a shared identity in the Early Modern Netherlands. 

Abstract

In 1548, Charles V gathers the Seventeen Provinces into one political entity through the institution of the Burgundian circle; thirty years later, the Dutch revolt shatters this reunion and institutionalises the rupture with the Union of Utrecht in 1579. Therefore, the creation of a national sentiment, following the terms of an active process of legitimation in the self-appointed United Provinces constitutes a significant issue, as its geographical borders constantly fluctuate throughout the Eighty Years war. This period hence witnesses the progressive definition of a geographical and cultural frame for the Dutch territory, intertwined with a continuous formulation process of local identities. Although it’s only during the XVIIIth century that the term vaderland starts to be commonly used as a national trope of the Dutch Republic – emanating from a preceding regional usage – the sole notion of territory is invested with political meaning as early as the XVIth century in the Netherlands. This symposium aims to study this phenomenon in the visual culture.

In a context of territorial expansion and economic growth, cartography appears as a key element to observe ideological projections and political claims. Metaphorical maps showing the Habsburg territory as a regal woman whose head is shaped by the Iberian Peninsula, or the well-known example of the Leo Belgicus, are evident components of a political rhetoric claiming the historical and cultural integrity for said territories. In the United Provinces, both scientific information and exotic fantasies are superimposed in the many nautical charts that paved the way to its economic hegemony. A close examination of Early Modern painting of interior scenes proves how the iconographic motive of the map became a relevant topos in Dutch visual culture; hence, the visual apprehension of landscape, real or imaginary, retrospectively participates in the rhetoric of the territory in the Netherlands through a variety of genres : topographical views, composite landscapes integrating existing and fantasized elements, local adaptation of foreign monuments, depiction of local folklore that embodies a particular place or region etc.

This rhetoric does not limit itself to a patriotic gaze towards its domestic territory but also integrates foreign or unfamiliar landscapes in the process of national assertion. Whether it morphs into the narrative of the Dutch Republic as a New Israël, a powerful antiquarianism encouraged by the many journeys of artists in Southern Europe or in the Eastern World or a polished exoticism of the New World, artists interweave and converge reality and imagination by summoning the historical, cultural and religious charge of these territories.

From the creation of a federal State in 1579 to the temporary disappearance of the Stadholderate in 1702, what role did the visual culture play in the political assertion of a national territory? How does the artist’s gaze on the territory, local or foreign, real or imagined, allows us to understand this rhetoric? How exactly are fantasized or real elements of foreign places integrated in a local visual discourse? What do these images reveal of the public who commissions, buys and looks at them? Within the process of national and territorial construction, how are these territorial perspectives integrated and part of the enrichment of the Dutch identity narrative?

Considering the variety of these issues, this symposium aims to shed light on the ways in which Dutch depictions of national and transnational territories participated in the formulation of a shared identity. Multidisciplinary discussions will allow us to examine the terms of territorial imagery in Dutch visual culture, and their links with the formation of a national myth in the Early Modern Dutch Republic.

Submission guidelines

*Extended deadline : July 31st 2020*

The symposium invites abstracts in areas including, but not limited to the following :

– Dutch artists’ perceptions of foreign territories
– Dutch artists’ perceptions of their own territories
– Encounters between real and imagined territories in Dutch visual culture
– Encounters of regional and national perceptions of identity/territory
– The idea of Dutch folklore as represented by Dutch and/or foreign artists
– Collectors/consumers/producers of a visual rhetoric on identity and territory
– Visual studies on territorial perception in colonial and post-colonial context

We welcome abstracts from researchers and practitioners in all working fields, including, but not limited to: Art History, Visual Studies, History, Geography, Museum Studies, Architecture.

Please send a 400-500 words abstract as well as a short academic bio to symposiumterritories@gmail.com.

Deadline : July 31st 2020

Organisers
Suzanne BAVEREZ (ENS Ulm – Paris)
Carole FONTICELLI and Esther GUILLAUME (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Sarah MOINE (Universiteit Leiden)